jeudi, février 17, 2011

CÉLÉBRONS!

vol. 11, no. 7, 21 février 2011

If you wish to read in English: http://wwwlavienglish.blogspot.com/

Je devrais être heureux, mais je suis en colère. Tous ces peuples du Maghreb et du Moyen-Orient qui luttent –certains sont morts, plus de 300 en Égypte- pour des libertés que nous avons déjà conquis dans le monde occidental capitaliste. Et voilà, que nous faisons la fine bouche : « peut-être qu’ils n’iront pas plus loin », « ils manquent de culture politique », « ils n’ont pas de fortes traditions de lutte ». Mais que vous faut-il de plus? Ils ont déjà pris le ciel d’assaut! Leurs méthodes laissent à désirer? Mais au juste qui a fourni aux révolutionnaires français le mode d’emploi en 1789? Même les bolchéviks, sous la direction de Lénine, ont avancé et reculé politiquement pendant des semaines à l’automne 1917 avant de prendre d'assaut le Palais d’Hiver des Tsars…
J’exagère? Lisez plutôt avec moi quelques courriels reçus récemment; le 6 février Abdelouaheb B. de dire : « je ne pense pas que les peuples arabes (de culture) incluant toutes les ethnies puissent un jour s’émanciper, car ils traînent des boulets d’acier à leurs pieds […]. Ils sont devenus hostiles à la moindre pensée ou réflexion venue ou seulement pensée en Occident […]. L’orientation aujourd’hui est que si tu ne veux pas suivre la mondialisation dans tous ses aspects, tu es terroriste. ALORS, je pense qu’il ne faut pas espérer que quelque chose de positif va sortir des évènements d’Égypte ou de Tunisie. (sic)
Un publiciste québécois, Robert Bibeau, écrit à propos de la situation en Égypte : « les jeunes internautes resteront désœuvrés (76%) et les ouvriers continueront à chômer; le pain restaura hors de portée, les riches rentreront bientôt pour la curée et les capitaux du Golfe reviendront arroser les rives du Nil et les stations balnéaires des côtes de la Méditerranée et de la Mer Rouge. Le 14 février dernier, quelques jeunes cuber-militants « révolutionnaires » naïfs ont rencontré les représentants de l’armée… » Ce message a été transmis le 18 février 2011. Il se termine sur une note –oh et puis à vous de juger!- « Sans conscience et sans organisation révolutionnaire, voilà comment une « révolution » arabe se transforme en une « révolte » avortée. Cependant, les peuples arabes poursuivent leur soulèvement spontané… »
(Photo Internet: Le Caire, Égypte)
À noter, le document de ce journaliste s’appuie sur des sources très « sérieuses », telles que le quotidien français Libération et l’Agence France Presse; il devrait songer sérieusement à s’abonner à la revue The Optimist du Club Optimiste International. Ce n’est pas très politique, mais ça ne tombe pas dans le défaitisme. Ne faut-il pas attendre d’arriver au sommet de la montagne avant d’envisager les étapes à venir?
Ne serait-ce qu’en Égypte, les manifestants et les grévistes passent maintenant à la phase des revendications économiques pour de meilleurs salaires et un rattrapage quant au pouvoir d’achat. De plus, d’après le quotidien Métro du 16 février, « le Conseil suprême des forces armées [a nommé une commission] chargée d’amender la Constitution pour permettre la tenue d’élections démocratiques dans six mois […]. Les amendements visent à permettre la formation de nouveaux partis politiques, à diminuer les restrictions imposées aux aspirants candidats à la présidence et à mettre en place des garanties pour éviter les fraudes électorales massives qui ont permis au parti d’Hosni Moubarak de maintenir son emprise sur le pouvoir dans le passé. »
Et que dire du Barhreïn, pays inconnu jusqu’ici –à tout le moins par la majorité des Canadiens-, où « plusieurs milliers de manifestants ont pris position hier sur la grande place de la capitale […] pour exiger plus de libertés politiques, sur le modèle des mouvements de contestation en Tunisie et en Égypte »? , selon Métro.
En voulez-vous d’autres nouvelles? Métro en a à profusion ces jours-ci. Ne serait-ce que « des milliers de personnes réclamant le départ du président Ali Abdullah Saleh sont descendues dans les rues du Yémen pour une cinquième journée consécutive ». Ou encore : « Les autorités tunisiennes ont décidé hier la levée du couvre-feu instauré le 13 janvier à la suite des troubles qui ont secoué le pays et conduit à la chute du régime du président Zine El Abidine Ben Ali ».
Et que faut-il de plus? Tiens, ce communiqué : « Les manifestations sont dorénavant permises en Jordanie sans autorisation préalable du gouvernement ».
Les personnes bien intentionnées affirmeront obséquieusement que les Canadiens se tiennent à l’écart. Faux! Webdo-Info –et les responsables savent ô combien souvent La Vie Réelle a critiqué vertement ses rédacteurs- annonce le 10 février que « la CSN (Confédération des syndicats nationaux, ndlr) a manifesté lors de la journée mondiale de mobilisation des syndicats pour la démocratie en Égypte. L’objectif : faire pression sur le gouvernement canadien afin qu’il exige de celui d’Égypte une transition vers la démocratie et une garantie qu’il poursuivra en justice les responsables de la violente répression des manifestations pacifiques ».
Voilà, nous assistons à un grand mouvement. Certes, personne n’a de boule de cristal et ne peut prévoir l’issue. Ces peuples sont intelligents. Ils apprennent tous les jours de leur lutte et des luttes de leurs frères des pays voisins. Tiens, à titre d’exemple, on apprend que le 20 février se tient à Casablanca (Maroc), une grande manifestation –dans la foulée du mouvement de Tunisie et d’Égypte- qui revendique aussi des libertés, les libertés pour le peuple.
D’ailleurs, dès le début de février, la Ligue de la jeunesse communiste du Canada (LJCC) informait ses membres et amis que le Maroc depuis « sa décolonisation de l’Espagne fasciste en 1975, retenait le Sahara occidental comme colonie, en privant ce peuple des ressources de son territoire ».
La Vie Réelle a souvent parlé du 16ème Congrès de la Fédération syndicale mondiale (FSM) où elle sera représentée par son éditeur qui sera observateur des travaux. C’est sûr qu’on parlera des grands mouvements au Maghreb et au Moyen-Orient; les délégués de ces pays auront une écoute attentive et si, les choses étant ce qu’elles sont, les participants se réunissent autour d’un bon thé à la menthe ou d’un café grec pour échanger un peu d’expérience, c’est évident que les connaissances amassées au cours des années et le vécu des camarades présents, des centaines et des centaines de camarades, voyageront dans un grand maelström pour enrichir les luttes de tous.
Soit dit en passant, le Congrès a lieu à Athènes (Grèce), du 6 au 10 avril 2011 à l’hôtel Novatel au centre-ville; et des amis syndicalistes québécois ont été informés des préparatifs. Le plus grand nombre possible de militants syndicaux du Québec seront dûment informés des résultats de ce congrès, de ce grand parlement international des travailleurs de tous les coins de la planète. La FSM regroupe 80 millions de membres. Elle mène une lutte de classes.
(Logo Internet: Fédération syndicale mondiale/World Federation of Trade Unions-1945)
L’heure est à l’enthousiasme, à l’unité et aux victoires! Ça, ça prépare le 1er Mai 2011. Montréal ne sera pas en reste…
-30-

1 Comments:

Anonymous maigrir gélules said...

vive le Québec libre :)

3:42 a.m.  

Publier un commentaire

<< Home