mercredi, septembre 21, 2011

LA VICTOIRE DES COMMUNISTES

La victoire du mouvement communiste international



vol. 11, no. 10, 21 septembre 2011


If you wish to read in English: http://wwwlavienglish.blogspot.com/



Ça fait tout de même plusieurs années que nous, les communistes, n’avons pas lu Les questions du léninisme. En fait et malheureusement, en raison des attaques de la bourgeoisie et des révisionnistes contre le camarade Staline, beaucoup de jeunes camarades n’ont pas eu l’opportunité de lire Les questions du léninisme :

« En 1917, la chaîne du front impérialiste mondial s’est trouvée en Russie plus faible que dans les autres pays. Et c’est là qu’elle s’est rompue, livrant passage à la révolution prolétarienne. Pourquoi? Parce qu’en Russie se déroulait la plus grande des révolutions populaires, à la tête de laquelle marchait un prolétariat révolutionnaire qui avait pour lui cet important allié qu’étaient les millions de paysans opprimés et exploités par les propriétaires fonciers.

Il est nécessaire, pour le moins, d’accomplir trois tâches principales qui se posent devant la dictature du prolétariat « au lendemain » de la victoire :
a) Briser la résistance des propriétaires fonciers et des capitalistes renversés et expropriés par la révolution, et liquider toutes leurs tentatives de restaurer le pouvoir du Capital;
b) Organiser l’œuvre de construction en rassemblant tous les travailleurs autour du prolétariat, et orienter ce travail de façon à préparer la liquidation, la suppression des classes;
c) Armer la révolution, organiser l’armée de la révolution pour la lutte contre les ennemis extérieurs, pour la lutte contre l’impérialisme.

La bourgeoisie a ses raisons de faire des tentatives de restauration, car, après son renversement, elle reste longtemps encore plus forte que le prolétariat qui l’a renversée. » (Les questions du léninisme, Éditions en langues étrangères, Pékin, 1977, pp.29, 40, 41).


S’appuyant sur les succès de la contre-révolution, en URSS et dans les démocraties populaires de l’Europe de l’Est, le grand Capital a proclamé que le communisme était mort et qu’il n’attirerait jamais plus les travailleurs. Malgré tout, dans les anciens pays socialistes d’Europe de l’Est, les gouvernements néo-capitalistes ont non seulement tenté de discréditer les réalisations du socialisme, mais ils ont essayé de rendre illégaux les symboles du communisme. Il y a contre-offensive communiste. (Photo Internet : Joseph Staline).

« Le premier septembre 2011, une délégation du Nouveau parti communiste de Yougoslavie (NKPJ) et de la Ligue de la jeunesse communiste yougoslave (SKOJ) ont protesté devant l’Ambassade de Slovaquie contre l’offensive anticommuniste croissante dans ce pays. Le NKJP exprime sa solidarité avec le PC de Slovaquie et ne ménagera pas ses efforts pour accroître la pression jusqu’à ce que les mesures anticommunistes soient révoquées et que les persécutions en Slovaquie et dans le reste de l’Europe cessent et que se renforce la lutte pour le socialisme-communisme ». Ils ont souligné que l’anticommunisme, c’est avant tout du fascisme. (Photo Internet : Charlie Chaplin caricaturant la vie ouvrière « libre » sous le capitalisme, Les Temps modernes).

En Italie, les membres du Partito di Comunisti Italiani (Parti des communistes italiens) se préparent pour leur 6ème Congrès national qui aura lieu à Rimini du 28 au 30 octobre; oui, en octobre : 94 années après la révolution russe. Ils estiment nécessaire de placer à l’avant-scène la question du socialisme, lequel n’est pas une utopie, mais naît des contradictions nouvelles et anciennes que le capitalisme ne peut résoudre.


Le capitalisme

« Ce système a démontré son incapacité à produire le développement, le bien-être et le progrès social pour la majorité de la population de la planète, de sauvegarder l’environnement de la planète et de produire la paix, le désarmement et la coopération dans le domaine des relations internationales.

[...] La propriété ainsi que le contrôle social de la production et la planification du développement économique, la satisfaction des besoins de l’humanité, la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme et un développement équilibré et respectueux de l’environnement, libéré des exigences du profit pour les possédants des moyens de production, doivent être remplacés par le socialisme. Il faut aussi dissoudre l’OTAN.

[...] Nous devons être conscients de la compétition croissante entre les USA/UE et la République populaire de Chine qui se traduit par l’installation de nouvelles bases militaires US pour contrôler les sources d’énergie et les voies de communication entre les continents. Les politiques de Bush et d’Obama sont similaires à ce chapitre, et l’OTAN demeure leur principal instrument. On doit souligner que de 1978 à 2007, la pauvreté en Chine a été pratiquement éradiquée, passant de 30,7% à 1,6%.

[...] En Italie, les écoles, les universités, les dispensaires, les centres sanitaires et les services publics essentiels doivent être aux mains de l’État, l’unique instance qui peut garantir l’universalité.

[...] Pour les communistes, la centralité du Travail est aussi une question de démocratie. Le Travail doit traverser les institutions démocratiques. Et, en retour, la démocratie doit pénétrer dans les lieux de travail.

[...] Reconstruire un parti communiste : ce n’est pas assez d’être anticapitaliste, il faut vraiment rejeter le mode actuel de production; mais aussi, comme le disait Marx, le problème de classe pour soi, renoue avec la formation de la conscience de classe, qui ne naît pas spontanément, mais présuppose une théorie révolutionnaire qui se fonde sur l’approche scientifique de la compréhension du monde."


Pour les communistes italiens :

« La signification de « parti communiste » a une référence précise dans l’élaboration léniniste à laquelle se greffe l’apport de Gramsci et de Togliatti.

Il faut actualiser et non liquider le principe du « centralisme démocratique ». (Photo Internet : manifestation ouvrière en Italie).

[...] L’expérience des vingt dernières années dément la thèse voulant que la dissolution de l’URSS et du camp socialiste en Europe signifie la fin du mouvement communiste et le déclin irréversible des partis communistes. […] Les gains électoraux du PC de Grèce, du PC du Portugal et du PC cypriote prouvent le contraire.

[...] L’objectif prioritaire des communistes est de bâtir dans notre pays un syndicat fort et de classe.

[...] Le PdCI a pour objectif la reconstruction d’une gauche syndicale à l’intérieur de la CGIL afin de mener une bataille plus incisive pour maintenir dans notre pays un grand syndicat confédéral de classe et de masse, qui saura créer le consensus qu’ont perdu les travailleurs, et donner plus de force à la gauche politique au pays et dans les institutions publiques. »


En passant, la CGIL compte 5 millions d’adhérents. (Source : www.marx21.it)

Le Journal politique des Canadiens pour la paix et le socialisme (www.FocusOnSocialism.ca) publié avant l’Ouverture du Parlement canadien, le 19 septembre 2011 affirme :

« Le programme législatif du Premier ministre Harper et du Ministre des Finances Flaherty se base sur trois sources de profit essentielles pour les corporations : la protection des profits des banques canadiennes, l’augmentation des dépenses militaires et la braderie des ressources, principalement les exportations d’énergie pour garder l’économie la tête hors de l’eau.

[...] Les Conservateurs, les Libéraux, le NPD, le Bloc et les Verts appuient ou ne veulent pas rompre avec le programme du gouvernement Harper en faveur du grand Capital. Le faire signifierait pour l’Opposition de faire face ouvertement à la domination du capital financier sur l’économie canadienne et ses prises de position politique. Ce serait s’opposer à la domination du capital financier sur la société.

[Quant à la Libye] le Premier ministre insistera pour dire que le carnage pratiqué par l’OTAN était nécessaire pour sauver les civils et n’avait rien à voir avec le fait que la Libye est la sixième plus grande réserve de pétrole au monde, et que les compagnies canadiennes se préparent à retourner là-bas pour les exploiter au nom des riches investisseurs privés.

[...] Les partis de l’Opposition à la Chambre des Communes acceptent la vision conservatrice de droite que la souveraineté, l’Indépendance nationale, le droit des nations à l’auto-détermination, incluant le choix pour un système économique différent, n’est plus un droit universel inhérent pour tous les pays, mais un droit conditionnel déterminé par la « communauté internationale » amorphe, un appendice des États impérialistes du G-7, dirigé par les USA.

[...] Il est grand temps de scruter et de dénoncer les objectifs et la vision du Premier ministre Harper pour le Canada dans le monde. […] Des guerres perpétuelles et un développement économique progressiste sont une contradiction.

[...] La politique monétaire, fiscale et budgétaire du Ministre des Finances, Flaherty, implantée après avis auprès d’un cercle fermé de banquiers privés non-élus, d’investisseurs et d’universitaires a pour finalité d’enlever tous les obstacles à la course aux profits du Capital domestique privé et du Capital financier international tout en appliquant simultanément les mesures d’austérité du FMI sur les salaires et les revenus de la ferme, du peuple canadien qui crée, lui, la richesse réelle du pays. Le transfert de la richesse des mains de la classe ouvrière et des travailleurs-fermiers et des petits producteurs indépendants vers les banques privées, les investisseurs industriels, n’a jamais été aussi outrageante et ignominieuse. Un tel système, c’est l’antithèse à la réelle souveraineté du peuple. »

Le Parti communiste de Grèce (KKE) a une idée bien nette sur ce genre de politiques puisque le peuple grec a vécu ces mesures lors des derniers mois. « Cela mène à la paupérisation, à la fois relative et absolue et garantit une main d’œuvre moins chère, accélérant l’accumulation et la concentration du Capital.

En France, en Grande-Bretagne, en Autriche, l’âge de départ à la retraite et les cotisations de sécurité sociale des travailleurs sont revus à la hausse. En Italie, Espagne, Irlande, les impôts indirects les plus injustes ont augmenté de façon importante. En Autriche, Pologne, Roumanie, République Tchèque, Irlande, les salaires des travailleurs ont subi des coupes considérables qui ont également touché les effectifs des employés du secteur public. » (Communiqué du bureau politique du PC Grec-KKE, 15 septembre 2011). (Photo PAME : solidarité ouvrière, travailleurs grecs et immigrés).

Comme le veut la coutume, c’est mieux de se tenir la tête hors de l’eau. Aussi le Parti communiste du Canada a déclaré en septembre 2011 :


« Nous considérons que la ligne politique promue dans ‘Un parti du socialisme du 21ème siècle’ constitue une rupture fondamentale avec la théorie et la pratique du marxisme-léninisme. La poursuite d’une telle approche conduira objectivement à la liquidation du PC USA en tant que parti révolutionnaire de la classe ouvrière dans ce pays.

[...] Le PCC est porteur de la vision internationaliste prolétarienne, se reflétant dans la lutte pour réaliser le socialisme au Canada et dans la solidarité active anti-impérialiste, les luttes révolutionnaires, et les efforts pour édifier le socialisme dans le monde. Un aspect crucial de ses responsabilités internationalistes, c’est la lutte idéologique contre les déformations bourgeoises et les distorsions de l’histoire du mouvement ouvrier international et ses efforts pour construire le socialisme, à la fois dans le passé et présentement… »

Le premier secrétaire du Comité central du Parti des ouvriers communistes russes-Parti communiste révolutionnaire, Victor Tyulin, a déclaré :

« Aujourd’hui, nous sommes aussi conscients que ce serait extrêmement naïf de croire que la victoire du socialisme en Russie peut se faire par la participation aux élections bourgeoises. Mais, nous considérons comme indispensable de développer la lutte des classes, d’accentuer et d’impliquer dans la lutte des classes des masses toujours plus grandes de travailleurs et de donner à la lutte un caractère plus organisé et mieux ciblé.

[...] Nous votons pour l’émergence et le renforcement de la composition de classe durant les campagnes électorales et dans les activités parlementaires en général. Nous réclamons pour la classe ouvrière le droit de faire grève, jusqu’à et y compris de faire des grèves de solidarité avec des objectifs politiques, d’avoir plus de droits pour les syndicats, pour la démocratisation du système électoral et politique en Russie, etc. […] On peut évaluer comme un succès électoral la progression en avant même s’il n’y a pas de contribution de classe; tout en analysant la situation d’un point de vue de classe, un tel succès pour le parti communiste signifierait soit une pause ou un pas en avant.
(http://www.rkrp-rkp.ru/ , rkrp-ck@yandex.ru)


CONCLUSION: Cliquez sur le titre de l'article et il y aura un document sonore. D.P.


-30-